Accueil > Actualités > Reportages et photos
Vidéo sur la famille

21.

Don en ligne

Rejoindre le Monastère Invisible

galet 15 août 2018 : la Vierge Marie fêtée sur notre diocèse

Dans les sanctuaires mariaux de notre diocèse : à Valfleury, autour de la Vierge aux Genêts d’Or, à la grotte de Cotatay ou à Noirétable, les fidèles ont profité d’une belle journée ensoleillée pour fêter l’Assomption. Cette année, Mgr Bataille a présidé la messe Solennelle à Notre-Dame de l’Hermitage de Noirétable ainsi que la procession aux flambeaux jusqu’à la source, le mardi soir.

NOTRE-DAME DE COTATAY

Les nombreuses plaques sur le mur de la grotte de Cotatay, témoignent des remerciements pour des grâces obtenues.
Ce sanctuaire, dédié à Marie, fut béni le 26 avril 1874, par Mgr Jamot, évêque canadien, avec la pose de la statue de l’Immaculée Conception. Une autre statue représentant Bernadette Soubirou agenouillée a depuis été ajoutée. L’histoire de cette grotte débute dans la chapelle de la Sauvanière, durant l’été 1873, quand le Père Julien célébrant la messe, dit avoir entendu un appel lui commandant d’élever un lieu semblable à celui de la grotte de Lourdes afin d’y honorer la Vierge « au milieu des ouvriers ». Les travaux furent entrepris avec l’aide des habitants. Un premier autel de bois y fut placé, remplacé plus tard par celui de Lourdes qui fut incendié en 1981. Une grille provenant du tombeau de Saint-Régis à la Louvesc protégeait l’entrée de la grotte. Seule sa partie basse s’y trouve encore.
Elle reste aujourd’hui un lieu de pèlerinage ou de visite très fréquenté.

NOTRE-DAME DU GENÊT D’OR A VALFLEURY

Un jour aux environs de Noël, vers l’an 800, un berger de la Goutelle conduisant son troupeau avait vu avec étonnement, à la source même de la Dureyze, un genêt tout en fleurs ; il en avait doucement écarté les branches, et, ô merveille, il y avait, au milieu, une statue en bois de 68 cm représentant la Sainte Vierge assise sur un trône et tenant son petit enfant sur les genoux. Le curé voisin, messire Rimaud fit transporter la statue miraculeuse dans son église, à Saint-Christo. Les gens du pays arrivèrent en foule pour la vénérer. _ Le pèlerinage prend son essor sur le règne d’Henri I. Depuis 1687, les Lazaristes (Congrégation de la Mission fondée par St Vincent de Paul) ont la charge du sanctuaire.

NOTRE-DAME DE L’HERMITAGE DE NOIRÉTABLE

Tout commence en 450 de notre ère, au cœur d’une minuscule chapelle devant laquelle coule une source. La légende affirme qu’il y avait déjà un pèlerinage druidique, mais c’est au XII ème siècle que la Vierge Marie serait apparue à un personnage énigmatique, un criminel, en lui disant : « va te confesser au Prieur de Noirétable et reviens ici faire pénitence ». Dès lors, des pèlerins viennent nombreux dans ce lieu reculé prier auprès de la source miraculeuse. Une première église est bâtie non loin de la source, mais il faudra attendre 1669 avant qu’un premier monastère ne soit construit devant l’énorme rocher, au prix d’efforts inouïs. Une maison plus vaste, celle qui forme aujourd’hui le bâtiment principal, est érigée vers 1740. L’Hermitage devient le Noviciat, la maison de formation des missionnaires royaux. La révolution voit le déclin de l’Hermitage malgré quelques tentatives de restauration sans lendemain. Les premiers missionnaires de la Salette s’y installent le 7 février 1889. Depuis 2000, ce sont les soeurs de la Salette qui gère le sanctuaire.





Version imprimable de cet article Version imprimable
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

Publié le : 14.08.2018 10:00 - Mis à jour le : 16.08.2018 12:26