Accueil > Actualités > Reportages et photos
Que fête-t-on à l’Ascension ?

Don en ligne

galet 15 août 2014 à Noirétable : "Soyons des visiteurs porteurs de Dieu !"

Le pèlerinage du 15 août au sanctuaire Notre Dame de l’Hermitage à Noirétable, fut l’occasion pour Mgr Dominique Lebrun, de rappeler ce qu’il a vu et entendu au Kurdistan avec l’exode massive des chrétiens d’Irak persécutés. Il a invité les fidèles à trois choses : se confesser, visiter ceux qui sont dans le besoin, et soutenir financièrement les chrétiens d’Irak par le biais d’une quête à la fin de la messe.
Lire l’homélie.
Consulter l’album photos.

Homélie pour la Solennité de l’Assomption

Notre-Dame de l’Hermitage – 15 août 2014

Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab
Ps 44 ; 1 Co 15, 20-27a ; Lc 1, 39-56

La Vierge MARIE est montée au ciel, corps et âme : Grand mystère qui éclaire notre route, la route de l’humanité.

Aujourd’hui, je ne peux pas oublier ce que j’ai vu et entendu personnellement en Irak, au Kurdistan, ces derniers jours : Une sorte de déchaînement du mal. Ne serait-ce pas ce Dragon de l’apocalypse capable de précipiter à terre le tiers des étoiles du ciel (cf. Ap 11, 3-4) ? Des hommes chassent de leur maison leurs habitants, hommes, femmes, enfants, vieillards, leur retirant tout ce qu’ils ont pour vivre. Des hommes pillent, violent, terrorisent, tuent ceux qui ne sont pas comme eux.

Face au Dragon, une femme : La Vierge MARIE (cf. Ap 11, 4b). La Vierge est montée au ciel, corps et âme. Elle n’a pas connu la rupture de la mort. Elle est avec son Fils, premier ressuscité, dans la Gloire du Père. Elle n’a pas quitté le corps reçu de ses parents, le corps d’une jeune fille du temps, une juive de Palestine, qui est devenue celui de la mère de Dieu.

L’Assomption de la Vierge MARIE nous révèle la vraie destinée de l’humanité : la Gloire de Dieu. La femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son trône (cf. Ap 11, 5).

La Vierge MARIE a souffert en son corps et en son âme mais elle n’a pas connu le péché. Le prophète SIMÉON lui a annoncé qu’un glaive transpercerait son cœur (cf. Lc 2, 35). Dès les premiers mois après la naissance de JÉSUS, elle sera avec Lui et JOSEPH sur les routes de l’exil en Egypte (cf. Mt 2, 13-15). Elle en reviendra, tel le peuple de Dieu revenant de l’exode vers la terre promise. Elle participera à un mariage où manque le vin, à la vie sans joie des hommes à la recherche de l’amour vrai (cf. Jn 2, 1-10). Enfin, elle connaîtra la douleur de la croix (cf. Jn 19, 25).

La Vierge Marie pleure à chaque fois que nous nous éloignons de l’amour

Montée au ciel avec son corps, MARIE n’oublie pas tout cela. Elle n’oublie pas la douleur de ses enfants que JÉSUS lui a confiés au pied de la croix (cf. Jn 19, 26). Nous pouvons lui confier toutes nos souffrances, tous nos maux. Je sais que vous êtes nombreux à le faire et que vous le serez encore à la source cet après-midi. Mais il y a une condition : celle de reconnaître humblement notre part dans ce mal, à chaque fois que nous péchons. La Vierge MARIE est dans la joie de la résurrection et, pourtant, comme à La Salette nous savons qu’elle pleure. Elle pleure à chaque fois que nous nous éloignons de l’amour qui a transpercé le cœur de son Fils, quand, par exemple, nous oublions le dimanche, c’est-à-dire quand nous oublions la résurrection.

Reconnaître son péché, c’est entrer dans l’espérance qu’offre la miséricorde de Dieu. Certains d’entre vous ont gardé la bonne habitude de se confesser avant les grandes fêtes. Je vous y encourage tous. Certains me diront que cela devient difficile de trouver un prêtre disponible. C’est vrai mais pas complètement .

Accueillir la miséricorde de Dieu, c’est garder son identité chrétienne

Aucun des chrétiens persécutés en Irak n’a accepté de renoncer à sa foi chrétienne pour garder sa maison ou son travail, voire pour sauver sa vie. Il a préféré tout quitter pour garder son identité chrétienne. Accueillir la miséricorde de Dieu, c’est garder son identité chrétienne, c’est la retrouver quand elle se perd par nos péchés. Cela peut valoir une démarche conséquente : celle d’aller à Saint-Etienne ou à Montbrison où des prêtres tiennent des permanences pour se confesser. Cela est vrai aussi pour Roanne, Moulins ou Clermont-Ferrand.

Plus vous demandez aux prêtres de vous confesser, plus ils seront disponibles. En tous les cas, j’en donne à nouveau la mission au Père JEAN RAFFIN, ici au sanctuaire.

Ne pleurons pas sur nos frères d’Irak sans nous engager à une vie pleinement chrétienne, ici dans la Loire et autour. Demandons à la Vierge MARIE, que le Dragon n’a pu effrayer ou atteindre, de nous aider à l’imiter. La visitation de la Vierge MARIE à sa cousine ELISABETH est un modèle de charité. Soyons des visiteurs porteurs de Dieu !

Je vous demande donc trois choses : ne partez pas d’ici sans vous confesser ou sans avoir déterminé la date de votre prochaine confession ; ne partez pas d’ici sans décider à qui vous allez rendre visite, comme MARIE, pour aider, pour aimer ceux qui en ont le plus besoin. Enfin, je sais que je peux compter sur votre générosité pour les chrétiens d’Irak et du Moyen-Orient pour lesquels une quête spéciale sera faite à la fin de la messe.

+DOMINIQUE LEBRUN


PHOTOS

© Crédit photos : Sr Sophie Richer

En savoir plus : Les Soeurs de la Salette à Notre Dame de l’Hermitage





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 18.08.2014 13:57 - Mis à jour le : 17.08.2015 16:00