Accueil > Actualités > Reportages et photos
Inscription Pélé du Puy 2017

Don en ligne

galet 11 novembre 2014 : cérémonie interreligieuse pour la paix à Saint-Etienne

A l’initiative de Mgr Dominique Lebrun, croyants et non croyants étaient invités à se recueillir autour des représentants religieux, en souvenir des morts, mais aussi à s’exprimer en faveur de la paix.

A la suite des commémorations du 11 novembre, au kiosque de la place Jean Jaurès, Mgr Dominique Lebrun, l’évêque de Saint-Etienne, Salim Agoudjil, recteur du centre Mémorient et Michel Elharrar, rabbin de la communauté juive de Saint-Etienne, ont lu ensemble la déclaration ci-dessous. Chacun s’est ensuite exprimé dans sa foi, via une brève prière, pour les morts de 14-18, et aussi pour affirmer publiquement la volonté de travailler ensemble pour la paix.

DECLARATION COMMUNE A L’OCCASION DU 11 NOVEMBRE 2014

Ils s’appellent MOHAMED BENAYOUN, PAUL BERAUD, JACOB SEBBAH, EUGENE SAUMET, LAKDAR TALEB OU MOÏSE ZERBIB … ils sont morts au cours de la « Grande guerre », comme, malheureusement, des millions d’autres.
Leurs noms figurent sur la plaque commémorative du grand monument aux morts érigé au dessus de la ville d’Annaba qui s’appelait Bône, Hippone au temps de Saint-Augustin. Cette ville d’Algérie est aujourd’hui jumelée avec notre ville de Saint-Etienne. Qui sait si leurs descendants ne vivent pas côte à côte dans notre département ligérien ?
Musulmans, juifs et chrétiens, nous sommes réunis en cette première année du centenaire de la Guerre 14-18. Nous nous unissons volontiers à l’effort de mémoire de la Nation dont nous faisons partie. Nous ne cesserons pas d’apporter notre contribution à la cohésion sociale. Aujourd’hui, qui doute du devoir de vigilance de tous les citoyens et de toutes les communautés pour que grandisse la concorde civile autour des valeurs les plus fortes de la République ?
Heureusement, ce jour du 11 novembre est le jour commémoratif de la fin des hostilités. Comment des religieux pourraient-ils fêter le début d’une guerre ? Ne l’oublions pas : la mémoire des victimes civiles et militaires trouve son sens véritable quand elle rappelle à nos cœurs d’hommes, de femmes, d’enfants que le bruit des armes est le déshonneur de l’humanité. Malgré cela, nous honorons sans hésiter la mémoire de ceux qui, sous les armes, ont déployé des vertus de courage, d’initiative, d’entraide, d’esprit de sacrifice voire de respect de l’ennemi, dont nous avons aujourd’hui tant besoin.
Musulmans, juifs et chrétiens, nous prions Dieu pour nos morts. Nous prions Dieu pour que tous les vivants, de passage sur la terre, laisse une trace de paix. Les croyants, que nous sommes, savent que l’homme et la femme sont la plus belle œuvre de Dieu, mais aussi tellement fragiles. Nous remercions Dieu pour les hommes et les femmes en conflit qui choisissent le dialogue. Que Dieu miséricordieux guérisse nos cœurs tentés de transformer nos différences en source de violence. Que Dieu nous préserve de l’indifférence à l’égard de ceux qui, aujourd’hui, sont en guerre. Que Dieu fasse de nous des artisans de paix !





Version imprimable de cet article Version imprimable


Publié le : 13.11.2014 08:58 - Mis à jour le : 13.11.2014 13:54